Création de pages via le Système de gestion de contenu ou l’éditeur

Le berceau du Web se situe au CERN (Organisation Européenne pour la Recherche Nucléaire). C’est au sein de cette organisation que le Web fut inventé en 1989 par une équipe de chercheurs notamment sous l’impulsion de Tim Berners-Lee et son collaborateur Robert Cailliau, ainsi que d’autres chercheurs ayant à leur manière collaborée au projet initialement baptisé World Wide Web. À l’origine le projet World Wide Web fut conçu et développé « en combinant trois technologies qui sont les éléments de base du Web, c-a-d, l’adressage web par URL qui indique la localisation de la ressource sur l’internet, le protocole de transfert HTTP qui indique la méthode d’accès, et le Hypertexte Markup langage HTML qui permet de structurer des ressources » afin que les personnes travaillant dans les universités et les instituts du monde entier puissent librement échanger des documents et partager les informations utiles à leurs activités, tissant ainsi la première toile Web sur le Net.

Les précurseurs de l’internet ne s’arrêtent pas aux bases combinatiores des technologies de communication du web, en 1990 ils développent également le premier serveur HTTP sur l’environnement NeXTSTEP, et le client web développés en Objective-C, un navigateur combiné à un éditeur dénommé WorldWideWeb  mais rapidement rebaptisé Nexus pour éviter toutes confusions avec le nom World Wide Web qui lui s’écrit avec des espaces. Réunissant ainsi les éléments indispensables constituant le premier site Web accessible à un public utilisant le principe de disponibilité de type serveur/client apte à favoriser la mise en commun généralisée dans un espace créatif.

Le premier site web destiné au projet World Wide Web  lui-même fut créé au CERN et était hébergé sur l’ordinateur NeXT  de Tim Barnes Lee, L’idée de base du projet World Wide Web était de combiner les technologies des ordinateurs personnels, des réseaux informatiques et de l’hypertexte pour créer un système d’information mondial, puissant et facile à utiliser.

Le site Web fit ses premiers pas hors du CERN en 1991, celui-ci comportait des informations relatives au navigateur WWW et décrivait les principales caractéristiques du web. Le site contenait des explications sur la manière d’accéder aux documents d’autres personnes, comment configurer son propre serveur, des enseignements sur l’hypertexte et les notions de lien hypertexte, des détails techniques pour créer une page Web personnelle et des explications sur la manière de rechercher des informations sur la Toile. (voir tout premier site Web)… faisant de Tim Barners-Lee le premier concepteur de site Web sur internet.

 

Au début, les sites internet étaient écrits en HTML basique, un langage qui donne aux sites internet une structure de base (titres et paragraphes), ainsi que la possibilité d’utiliser des liens hypertextes. C’était une nouveauté et c’était fondamentalement différent des formes de communications préalables, les utilisateurs pouvaient facilement ouvrir d’autres pages.

Au fur et à mesure que l’Internet et la conception de site progressèrent, le langage qui formait les pages, le « Hypertext Mark-up Language » ou HTML, devint plus fourni et flexible. Un nouvel élément, les tableaux, dans lesquels on peut afficher des données, furent vite détournés de leur objectif initial et furent utilisés comme moyen de mise en page. Avec l’apparition du CSS et des feuilles de styles, la mise en page avec les tableaux fut vite considérée comme obsolète. Les technologies modernes qui utilisaient des bases de données, ou le codage côté serveur (voir CGI, PHP, ASP.NET, ASP, JSP, et ColdFusion), ainsi que les normes de conception comme le CSS se sont encore davantage améliorées et ont diversifié les outils de conception de site.

L’apparition de Flash, développé par Macromedia, qui permet de réaliser des animations ainsi que de diffuser du son et de la vidéo, a également changé l’apparence du web, en offrant de nouvelles cartes aux concepteurs de sites. Toutefois, Flash est beaucoup plus restrictif que le HTML car c’est un format protégé par Macromedia, et il nécessite un plug-in pour être affiché.

Une technique assez récente appelée le codage à distance a permis une utilisation d’Internet de façon plus dynamique, sans nécessiter de plug-in ou d’applications spécialisées. Le chef de file de ces technologies est AJAX, mais ce n’est pas la seule technologie existante. Par ailleurs, AJAX n’a pas encore accédé au statut de norme.